En soumettant ce formulaire, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées pour vous recontacter dans le cadre de la demande indiquée dans ce formulaire. Aucun autre traitement ne sera effectué avec vos informations. Conformément à la loi informatique et libertés, vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : coach@audreylamourelle.fr

On se suit?
Vers la Ré-solution de vos Difficultés

La respiration, première alliée pour gérer son stress

4 avril 2019.Audrey LAMOURELLE. .0 Commentaires
Home/Le Blog pour Cavaliers/Gestion du stress/La respiration, première alliée pour gérer son stress

L’idée ici c’est de se dire,

« C’est parce que je suis calme que je vais trouver la solution » et non « je serai calme quand j’aurai trouvé la solution !! »

P.Moorkens

Lorsque le stress se déclenche, lorsque nous sentons notre cœur battre la chamade, notre respiration s’accélérer, nos jambes se dérober, ce qu’il faut faire avant tout chose c’est sortir de cet état-là.

La raison est simple, notre petite amygdale, chargée de nous protéger, fait son job jusqu’au bout. Elle a perçu un danger, elle active la réponse et éteint tout ce qui pourrait nous ralentir pour sauver notre peau. Elle met donc en veilleuse le préfrontal, siège du raisonnement, pour que le programme de survie se déroule vite et bien.

Pourtant nous pouvons quand même agir, il nous reste une alliée.

La respiration , simple mais efficace.

Nous avons la chance d’avoir en nous ce que l’on appelle un système nerveux autonome. La chance, parce que lorsque nous dormons par exemple, il faut bien que quelqu’un se charge de réguler nos fonctions vitales … Comme son nom l’indique, il n’est pas soumis au contrôle de la volonté et a pour fonction principale d’assurer l’équilibre de l’organisme.

Ce système nerveux autonome est composé de deux branches :

  • Une branche stimulatrice (système nerveux sympathique) – l’accélérateur – destinée à la mise en état d’alerte de l’organisme et à la préparation à l’activité physique et intellectuelle.
  • Et une branche inhibitrice (système nerveux parasympathique) – le frein – responsable entre autre du ralentissement de la fréquence cardiaque, de la restauration de l’énergie, du retour au calme.

Sous l’effet du stress, le système nerveux sympathique s’active. Notre petite amygdale vient de mettre un gros coup d’accélérateur en quelque sorte.

Donc, pour arrêter tout ça il faut maintenant freiner !!!

Oui mais, ceux qui ont suivi pourront me dire que ces deux branches du système nerveux autonome ne sont pas soumises à la volonté, alors comment faire ?

Et bien, si, je gardais le meilleur pour la fin, il y a une fonction du système nerveux autonome qui est partiellement soumise à la volonté, et cette fonction c’est la respiration. Grâce à elle, nous pouvons agir sur le système nerveux parasympathique, ralentir notre fréquence cardiaque et nous calmer.

coach mental pour cavaliers à Bordeaux

Des outils faciles à utiliser partout

Dans un premier temps, il important de se connaître un peu et de savoir évaluer si le stress que l’on ressent est faible à moyen ou au contraire fort, car les outils de respiration seront un peu différents.

Lorsqu’on « sent que ça monte » on utilisera certains outils, et lorsque le stress est bien installé, c’est le moment où on sent son cœur battre très fort, on en utilisera d’autres, plus puissants.

Tout ceci permettant de revenir au calme, seul état interne capable de nous aider à aborder les situations difficiles pour nous.

Il existe aussi des techniques pour nous permettre de réinstaller, juste après, le bon niveau d’énergie, de revenir à l’équilibre.

J’accompagne depuis un bon moment avec ces techniques là et elles sont véritablement efficaces.

Et, vous avez un outil à utiliser sans modération en préventif : la cohérence cardiaque. On a en effet pu remarquer chez ceux qui la pratiquait une :

– Amélioration de la capacité à prendre des décisions pertinentes et à gérer des situations complexes,

– Amélioration de la capacité à rester calme particulièrement lors des périodes à très fortes sollicitations,

– Meilleure capacité à appréhender les situations avec recul et sans affects perturbateurs.

En bref,

L’idée n’est pas de vous apprendre des techniques pour vous apprendre des techniques, l’idée est de vous faire explorer des chemins que vous n’avez peut-être pas emprunté jusqu’à maintenant. Et surtout de vous montrer où ces chemins mènent et comment ensuite vous pouvez vous en servir quand vous en aurez besoin.

Envie d'apprendre à retrouver le calme ?

Catégories : Gestion du stress

Ajouter un commentaire